Logo ENAP
Connexion

30 mai 2016 La diplomatie comme outil d'influence

Vous cherchez à faire avancer une politique, vous avez à intervenir auprès d'un diplomate ou d'une autorité gouvernementale, vous voulez influencer une norme internationale… Connaître les règles du jeu de l'environnement de la diplomatie est primordial.

Quand on pense diplomatie, on pense souvent ambassadeurs ou grandes rencontres internationales; souvent confondue avec l’étiquette ou le savoir-être, la diplomatie est à la fois une science et un art; elle exige des connaissances et des savoir-faire.

Maintenir un dialogue entre les États

« C’est une pratique spécifique des relations entre les États qui vise à maintenir le dialogue entre ces derniers », explique la professeure invitée Juliette Champagne, qui a occupé le poste de chef du Protocole du gouvernement du Québec. « Grâce à la représentation et à la négociation, la diplomatie permet aux États de se positionner stratégiquement et de s’engager mutuellement. »

Le positionnement stratégique peut varier d’un État à l’autre selon leur volonté de privilégier certaines relations, pour des raisons économiques par exemple, mais ceux-ci se doivent de maintenir un dialogue minimal avec tous les États. Un « incident diplomatique » peut provoquer la rupture de ce dialogue.

« La complexité du monde a amené certains petits États à développer une diplomatie de niche », observe le professeur Stéphane Paquin, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC). « Par exemple, la Finlande pourrait décider d’intervenir avec plus de vigueur sur la scène internationale lorsqu’il est question d’océan parce que ce sujet lui est cher. »

Est-elle toujours pertinente en 2016?

« Bien que la mondialisation ait provoqué l’érosion des frontières et permis l’émergence de nouveaux acteurs internationaux, l’État conserve un rôle prééminent dans la régulation internationale », estime Juliette Champagne. C’est en effet l’État qui détermine les règles en signant des traités, en adoptant des normes au sein des institutions internationales et en établissant le cadre général de la coopération multilatérale. Il importe ainsi de savoir comment influencer ces règles.

La collaboration des autres États est souvent le gage de réussite d’une démarche entreprise par un État. Les processus diplomatiques font intervenir les agents étatiques, permettant une action de gouvernement à gouvernement et facilitant la mise en œuvre des stratégies identifiées dans les politiques internationales.

Par ailleurs, les forums diplomatiques constituent des lieux privilégiés pour influencer les normes internationales, stratégie nécessaire pour permettre aux États de devancer la concurrence et déterminer les modalités de coopération internationale.

Évidemment, l’ère numérique a entraîné de profondes transformations dans la pratique de la diplomatie, notamment dans les outils qu’elle utilise. Facebook est ainsi utilisé dans la diplomatie publique; les États s’en servent pour présenter leur image de marque aux ressortissants des autres États et ainsi consolider cette image de marque auprès des autorités étrangères.

Qui sont les acteurs?

Que ce soit pour faire passer un message, faire avancer un dossier, pousser une politique, travailler avec une organisation internationale… tous les représentants de l’État, fonctionnaires ou élus de différents niveaux, peuvent avoir à intervenir auprès des acteurs de la diplomatie.

Une bonne compréhension des cadres de la diplomatie ainsi que des méthodes et des pratiques diplomatiques permet aux administrateurs publics de mieux orienter leurs choix d’intervention auprès des diplomates et des autorités gouvernementales lorsque leurs dossiers sont portés sur la scène internationale ou lorsqu’ils souhaitent contribuer à l’influence normative de leur État.

Les autres acteurs de la société civile nationale et internationale peuvent également être associés à une démarche diplomatique alors que les gouvernements optent dorénavant pour le renforcement des relations partenariales avec les acteurs de la société civile dans la détermination de leur politique internationale. Les entreprises ou les organisations ayant à transiger avec les États ou voulant influencer des décisions ont ainsi intérêt à en connaître les rouages.

« De nouveaux acteurs étatiques, comme les États fédérés et les villes, ont aussi fait leur apparition dans le portrait de la diplomatie », avance Stéphane Paquin.


Nouveau microprogramme : La diplomatie et les métiers de l’international

Le sujet vous intéresse? Un nouveau microprogramme, La diplomatie et les métiers de l’international, commencera à l’automne prochain. Créé pour les gestionnaires et les analystes/professionnels, il sera offert à Montréal et à Québec.