Logo ENAP
Connexion

1 sept. 2016 Manon Malenfant admise au Cercle d'excellence de l'Université du Québec

Sylvie Beauchamps, présidente de l'Université du Québec, Manon Malenfant, directrice du Service des communications de l'ENAP, André Bourret, directeur général par intérim de l'ENAP.
Le 31 août dernier, le réseau de l'Université du Québec remettait ses Prix d'excellence. C'était aussi l'occasion pour les dirigeants des établissements du réseau de souligner l'apport exceptionnel d'un de leurs membres, qu'il soit professeur, chercheur, gestionnaire ou employé.

C’est ainsi que Manon Malenfant, directrice du Service des communications, a été nommée au Cercle d'excellence de l'Université du Québec pour sa contribution exceptionnelle à l’École nationale d’administration publique au cours des dernières années.

Le directeur général par intérim, André Bourret, a notamment souligné que : « Dès son arrivée, Madame Malenfant a marqué de son empreinte notre image institutionnelle en s’appropriant avec une efficacité et une pertinence rares la nature et les spécificités qui caractérisent l’ENAP ». Il a aussi soulevé son sens des priorités remarquables, de même que sa capacité à tirer parti de manière exemplaire de ce qui est à sa disposition, tout en étant une conseillère articulée en termes d’intelligences des interventions.

Avec son équipe, elle a notamment créé le bulletin A+, outil de communication visant à valoriser la recherche, sa diffusion et surtout, à transférer la connaissance issue de l’ENAP vers ceux qui s’intéressent de près à l’administration publique, notamment aux élus et aux dirigeants, gestionnaires et professionnels des secteurs publics et parapublics. Le bulletin a d’ailleurs été primé, remportant le Prix d’excellence du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, décerné en collaboration avec la Société canadienne des relations publiques, dans le cadre de ses prix nationaux 2016. Le prix marquait entre autres la qualité de la publication, le grand nombre d’abonnés et les statistiques de lecture bien au-dessus des moyennes des publications semblables.

« Pour la qualité de son intégration, pour la pertinence de ses interventions, pour les reconnaissances d’excellence de son travail, c’est avec une grande fierté que je verrai madame Malenfant être admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec », a conclu M. Bourret.

Communiqué de l'Université du Québec