Logo ENAP
Connexion

22 août 2018 Congrès 2018 de l'IAPC : Guy Laforest discute de l'application des connaissances universitaires dans les administrations publiques

Photo: IAPC.
Cette table ronde a mis en lumière la nécessité pour les universités et les administrations publiques de collaborer pour créer des ponts et mettre la connaissance scientifique au service des acteurs publics

Ouvert à Québec le 19 août, le congrès annuel de l’Institut d’administration publique du Canada (IAPC) s’est terminé aujourd’hui. Plusieurs professeurs et experts du personnel de l’ENAP y ont participé, que ce soit pour l’animation de conférences et de tables rondes ou en présentant une conférence.

Ce matin, Guy Laforest, directeur général de l’ENAP, prenait part à une table ronde sur «l’application des connaissances universitaires dans les administrations publiques». Les autres participants étaient monsieur Serge Lamontagne, directeur général de la Ville de Montréal, madame Lucie Robitaille, présidente de l’IAPC et secrétaire adjointe aux emplois supérieurs, ministère du Conseil exécutif du gouvernement du Québec et monsieur Robert Shepherd, professeur en politiques et programmes publics à l’Université Carleton.

L’idée de développer un dialogue quotidien entre universitaires et acteurs publics a suscité plusieurs échanges. Pour Guy Laforest, ceux-ci doivent respectivement aborder leur travail avec une approche humaniste et éthique; leurs convictions ne doivent pas leur faire oublier leurs responsabilités.

À titre d’exemple, Serge Lamontagne a relaté l’expérience de la Ville de Laval qui a travaillé en collaboration avec des experts de l’ENAP pour assainir les méthodes de gestion de la Ville, dont l’histoire récente est marquée par la corruption. Cet exercice, dans lequel les universitaires ont challengé les gestionnaires publics sur les nombreux chantiers identifiés, a eu pour effet de mettre à jour les connaissances des gestionnaires et de redonner confiance aux employés de la Ville dans un modèle de saine gouvernance.

Pour Lucie Robitaille, trois types de connaissances universitaires doivent être utilisées dans l’élaboration des politiques publiques: les connaissances issues de la recherche fondamentale, les connaissances contextuelles et les expériences sur le terrain (recherche-action).

Guy Laforest a quant à lui insisté sur la nécessaire interdisciplinarité qui doit se trouver au sein des universités afin qu’elles soient en mesure d’étudier et d’anticiper les besoins des administrations publiques. Robert Shepherd a ajouté que les universités doivent aussi collaborer entre elles pour alimenter les administrations publiques et trouver des solutions innovantes à leurs défis.

En terminant, Madame Robitaille a émis le souhait que les connaissances universitaires puissent être partagées entre les différentes juridictions en gouvernance publiques dans le monde.